29/01/2013

Mohai's quarry / La carrière


Today, we woke up early to see the sunset over the mohai’s quarry : 5h30am, we take our bikes, and go for one hour of cycling ! 
We arrive on a huge hill, indeed a volcano crater, where the mohai, these volcanic rock statues, were built to honor their ancestors by the first inhabitants. These mohai were abandonned in the middle of their construction, and seems more like a cemetery than a quarry. 

The ones you see are recovered by erosion, but when they are cleaned they are huge : 5 meters of a unique piece of rock ! 

Aujourd’hui, on s’est levé très tôt pour profiter du lever de soleil sur la carrière de mohai : 5h30 du matin, on enfourche nos vélos, et après une bonne heure de pédalage, nous y voici ! 

Il s’agit d’une grande esplanade, en fait un ancien cratère de volcan, où les premiers habitants construisaient leurs énormes statues à la mémoire de leurs ancêtres, directement à même la roche. Cet endroit offre une sensation de magie et de nostalgie, car ces mohais ont été abandonnés en cours de construction, sans raison apparente. Cela nous a laissé l’impression d’un cimetière, plutôt que d’une carrière… Les mohai dont vous ne voyez que la tête sont en fait recouverts de terre sur 5 mètres par l’érosion, ils sont gigantesques !

23/01/2013

Volcanic rocks on easter island


Today, we travel through the norst-eastern part of the easter island, which is made up entirely of volcanic rocks and dry grass, along the coast. Clem made her first gallop :)

At first glance, it looks like a rock garden... the reason is : it really is a rock garden ! 
Indeed, after having deforested all the island, the survivors of the pascuan civilization put lava rocks all over the island, to cast some shadow for the plants to grow as well as to refrain the soil erosion due to wind.

By the way, do you know how did they move all these rocks ?

Aujourd'hui, nous avons traversé le nord-est de l'île, complètement recouvert de roches volcaniques et d'herbe sèche. Clem y a même fait ses premiers galops :)

Au premier regard, cela ressemble à un jardin de pierre. En fait, c'en est bien un !
En effet, après avoir déforesté leur île, les derniers survivants de la première civilisation de l'île de pâques ont "semé" des roches volcaniques dans tous les champs d'herbe, afin de créer de l'ombre protectrice pour les plantes et de bloquer le phénomène d'érosion trés puissant, causé par le vent.

Au fait, savez-vous comment ils ont déplacé toutes ces pierres ?


22/01/2013

Traditional maori boats on the harbour


Today, there is a big party at the harbour : two traditional maori double-canoe boats, Wakatapu, that came to the island few weeks ago, are departing to New Caledonia only navigating by stars and wind. No GPS, Maps or Compass !
And the weather declined today, with rain and wind.... good luck for the very good sailors !

We asked If there was a chance to get on board : they go the same route as us... but no chance, already ten people on each boat (there is two of these) check out http://wakatapu.com/.

Aujourd'hui, une grande fête est organisée au port : deux doubles canoes traditionnels maori, du nom de Wakatapu, repartent rejoindre la nouvelle-Zélande en naviguant au gré du vent et des étoiles. Sans GPS, cartes ou même compas !
Et pour ne rien simplifier, il s'est mis à pleuvoir et à venter ce matin... bon courage pour ces bons marins !

Nous leur avions demander s'ils pouvaient nous prendre à leur bord : ils font en effet le même trajet que nous... Pas de chance, ils étaient déjà 10 dans chacun des deux bateaux. Pour en savoir plus, voici leur site : http://wakatapu.com/


21/01/2013

Meeting with Francisco


Even though we do not fly, wings for science continues ! We met Francisco, a forest engineer that explains us the challenges of this isolated island : the management of the fores resources. 

Même sans s'envoler, Des Ailes pour la Science continue ! 
Nous rencontrons Francisco, un ingénieur forestier qui nous explique l'enjeu majeur que cette île très isolée doit affronter : la gestion de ses ressources forestières.


20/01/2013

Easter island ! L'île de Pâques !


EASTER ISLAND ! Maybe the most remote place in the world, in the very middle of the pacific. This place has been reached in the first place after thousands of kilometers of navigation, with the means of the first millenary: large double Canoe, sailing... and... no GPS nor Clock: it means navigation by the stars, and no precise mean of knowing the longitude. 
Incredible to think they managed not only to encounter the rock, but also to establish a little merchant economy from there.

L'ile de Pâque ! Nous voici confortablement posés avec un avion de ligne. Il est incroyable d'imaginer les premiers humains arrivant ici, naviguant vraisemblablement à bord de doubles canoe, à voile, simplement avec le soleil et les étoiles, et sans montre, donc sans possibilité de connaitre précisément leur longitude, sur plusieurs milliers de kilometres... finalement, le GPS est un outil pratique !

17/01/2013

Où sommes nous ? Where are we ?


Après 3 avions de ligne dans 3 aéroports différents (Santiago, Buenos Aires et Lima – pas le chemin le plus court, nous sommes d’accord), nous voici arrivés ! 
Mais où sommes-nous ? Il s’agit de l’un des derniers endroits sur Terre à avoir été colonise par l’espèce humaine…. Alors, une idée ?

After 3 airlinees in 3 international airports (Santiago, Buenos Aires then Lima – not the shortest neither the wisest way, we agree), we arrived ! But where are we ? 
This is one of the last places on Earth colonized by mankind, do you know where it is ?

Bye bye l'avion / take care for your trip to Australia !



We follow the truck that carries the container until the entry of the commercial cargo-boat, and we look at these impressive machineries working in the harbour… 
With a certain emotion, we realize the first part of the trip is done… The second part will start in Australia, Melbourne, when the cargo will arrive ! 

But our story is not finished, we have one month to arrive in the other part of the world, and to do it we will try to see places that were not accessible with the ultralight…

Nous suivons le camion qui emmène notre petite machine désossée jusqu’au port de commerce, où nous le regardons charger le bateau. Avec une certaine emotion, nous le regardons partir et prenons conscience qu’une page se tourne… 

Cette fois ça y est, la première partie est terminée ! 
Nous avons maintenant un mois pour rejoindre Melbourne en Australie, où le cargo déchargera. Pour cela, nous allons en profiter pour visiter des lieux où nous n’aurions pas pu aller en Ulm…. 

2nd try / 2ème essai


On reconstruit en urgence une nouvelle passerelle avec ce qu’on trouve sur place : une échelle et des planches de bois, en dessous et au dessus, et c’est reparti ! 

Grâce la force de tous les hommes présents sur l’aérodrome, cette fois ça fonctionne ! On a réussiiiiii ! 

Le camion a intérêt à bien conduire jusqu’au port : c’est muni de centaines de conseils, que l’on ne voyons s’éloigner…. 

We build in emergency a new ramp with what we found here : a ladder and wood floors up and down. This time, it works !!! With all the men working there, whooohoo, we did it !! 

The truck needs to drive safely, we are looking forward to it…

le camion est là, il faut tout démonter ! The truck is here, time to dismantle !



The truck arrived, we just had enough time to disassemble and protect the wings. Now, the time is even shorter : we have two hours to push the aircraft up into the truck. Bad news of the day : the truck is at 1,60 meters high, and there is no ramp… so we have to take it up by ourselves ! But we are lucky, all the men in the aeroclub help us. 

We buit a short-time ramp with the wood found here, and we use all our forces to push it up ! It is not enough : that’s a big fail… 

Le camion est là, nous avons juste eu le temps de démonter les ailes et de les emballer dans du papier-bulle ! Il ne reste que deux heures, il ne faut donc pas chômer. 

Mauvaise surprise du jour : il va falloir monter l’avion à un mètre soixante de haut, et ceci à bouts de bras : en effet, il n’y a pas de marche-pied… 

Heureusement, tous les hommes présents sur l’aéroclub nous filent un coup de main (c’est le cas de la dire !). 

On construit avec les planches de bois trouvées sur place une rampe de fortune, et 1, 2, 3 : on pousse de toutes nos forces ! Cela ne suffit pas, c’est un échec…

16/01/2013

Prop repaired / L'hélice est réparée


Ouf, Adrien is just back, and he got the tail ! With Miguel, they reassemble it on the aircraft in the early morning.
Ouf, Adrien vient de rentrer, et il a l’hélice avec lui, toute neuve ! Miguel nous montre comment la remonter sur l’avion, très tôt ce matin. 

15/01/2013

L'hélice sous le bras / We go with the prop


Aujourd’hui, une super opportunité se présente à nous, il ne faut pas la rater : à Santiago, il y a un homme capable de réparer notre hélice, qui a un peu souffert lors du dernier vol. Ni une ni deux, Adrien démonte l’hélice et part en bus à Santiago, pour la faire réparer dans la journée ! 
Il doit être rentrer au plus tard demain matin, sinon l’avion partira en cargo sans son hélice, ce qui risque d’être gênant… 

Today, there is a decision to take : we heard there is a man in Santiago, capable of fixing the small hitches there is on the propeller of the plane. Adrien runs to disassemble it, and go in Santiago by bus to have it fixed the same day ! 
He must be back at the latest tomorrow morning, otherwise the plane will depart on the cargo without its propeller, and this could be problematic… Even if it is a very good glider, I’m not sure it could still take off without the prop :)

13/01/2013

Arrival at Valparaiso / Arrivée à Valparaiso


Arrived in Valparaiso airport, it seems finally easier for the truck to pick the plane from San Domingo airport. A small flight, and we are here ! 
We meet Ronald from the cargo company, Miguel the mecanicien that knows perfectly this plane (missing on the picture), and Jorge the San Antonio aeroclub director : altogether, we plan a meeting in two days to disassemble the plane. We are lucky, they all accepted to help !
It will be our first time, so we cross fingers everything will be all right !

Arrivés à l’aéroport de Valparaiso pour envoyer notre avion en cargo, il semblerait qu'il soit plus simple pour le camion de charger l’avion depuis l’aéroport de San Domingo : pas de problème, un petit vol et nous y voici !
Nous y rencontrons Ronald de la compagnie de cargo, Miguel le mécanicien qui connait très bien cet avion (n’est pas sur la photo), et Jorge le president de l’aéroclub : nous avons de la chance, ils acceptent tous de nous aider ! 
Un rendez-vous est pris dans deux jours, pour démonter l’avion et le charger dans le camion. Nous ne l'avons encore jamais fait, donc espérons que tout se passera bien !

12/01/2013

Au revoir / Departure to the north

Ca y est, on repart ! On a emballé toutes nos affaires, et nous décollons vers le Nord. Finalement, cet endroit aura été notre point le plus au sud, car nous avons trouvé un cargo qui part dans quelques jours depuis Valparaiso pour l’Australie, et nous allons essayer d’y charger notre petit ulm. 
Nous n’avons que quelques jours, il ne faut pas trainer !
Toute la famille Kemp nous accompagne sur leur piste privée depuis laquelle nous avons pu opérer les vols, pour nous regarder décoller et nous souhaiter bonne chance. 
A bientôt! A la prochaine fois ! 

Time to depart ! we packed our stuff, and fly back to the north. Finally, this would have been our southern point in the Latin-American continent, because we found a cargo that will depart in few days from Valparaiso toward Australia. 
We will try to get our ultralight on board. But we have to hurry, we have just few days before the cargo departs! 
All the Kemp family is here for our departure from the Kemp’s private runway in Rupanco, to wish us good luck. Bye bye, see you later !

11/01/2013

Romantic plant


The sun is not good enough today, so we take the chance to discover the forest we overflew before, with Daniel that show us everything. 
On the way, Clem is charmed by this nice plant… A good sign for this new year ? :)

Il n’y a pas assez de soleil aujourd’hui pour voler, nous en profitons donc pour aller découvrir la forêt avec Daniel, qui nous montre tout. 
Sur le chemin, Clem est séduite par cette jolie plante… Un bon signe pour 2013 ? :)

10/01/2013

Découverte des cratères effondrés / the collapsed craters


Today, last day of sun before rain ! 
We perform a last flight over the lake to photography it, before escaping for a better weather. The puntia Gudo and its secondary craters are stunning : some collapsed after the huge hearthquake that happens ten years ago, and we can see the vegetation that slowly comes back.
Aujourd’hui, dernier jour de beau temps annoncé avant la pluie ! 
Nous courrons à l’avion pour décoller avant que le temps ne se gâte, pour effectuer une dernière série de photographies aériennes.
Les contreforts du puntia gudo et les cratères secondaires sont stupéfiants de beauté : certains se sont effondrés en raison du grand tremblement de terre qui a eut lieu il y a une dizaine d’année, et l’on voit la végétation qui peu à peu reprend ses quartiers. 

09/01/2013

2nd flight over the Puntia Gudo / la naissance et la mort du nuage sur le Puntia Gudo


Le deuxième survol consiste à photographier la végétation des flancs de montagnes, à différentes altitudes. 
Nous avons de la chance la météo est stable, et le vol est de toute beauté : nous découvrons le Puntia Gudo, ce volcan endormi et au sommet pointu, en même temps qu’un double phénomène intéressant.  

En effet, la neige éclairée par le soleil sur la face nord du puntia gudo (oui, nous sommes sur l’hémisphère sud !) est sublimée et vient enrichir en vapeur d’eau l’air sec qui est soufflé sur la montagne. 
Quelques dizaines de mètres plus loin, cet air maintenant chargé de vapeur d’eau est accéléré sur les flancs du volcan par l’effet du vent. Sa pression diminue, il devient incapable de contenir toute la vapeur d’eau ; celle-ci se condense alors en fines gouttelettes d’eau et forme un nuage. 
Cent mètres plus loin, du fait de la turbulence du sommet, le nuage est mixé avec de l’air plus sec et disparaît alors…

En quelques minutes, nous avons assisté à la naissance puis la disparition d’un nuage !

The second flight aims at a detailed documentation regarding the different biotops at different altitudes.
We are very lucky the weather is very stable, and the flight is very nice : We have the chance to discover the Puntia Gudo, this sleeping volcano with a high summit, and in the meantime an interesting phenomenon.

Indeed, the snow in the northern face of the Puntia Gudo (because we are on the south hemisphere !) is sublimated by the sun, and the airflow is accelerated around the volcano cone. 
Due to this acceleration, the pressure is lowered, and the air cannot anymore accept this amount of vapour. The water therefore condensates into droplets, which formate the Cloud. 
About 100m further down the airstream, the cloud is mixted with the surrounding dry air, due to the turbulence from the summit. The droplets then evaporate into this dryer air, and our cloud disapears…

At a glance, we see the birth and the desapearance of a cloud !